Le Corbusier et « la petite maison » de 1923

Date
 22 mars 2017
Commentaires
Aucun commentaire
Share

Charles Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds, cherchait où construire une maison pour ses parents. Il en avait déjà dessiné les plans établis avec son cousin Pierre Jeanneret. D’en haut, il découvrit le terrain idéal au bord du lac Léman. La famille des vignerons vendeurs, Lina et Julien Cornu, grands-parents de Mme Janine Sauvageat, « fut charmante et accueillante et l’affaire se conclut autour d’un verre de vin, avec une vue incomparable et inaliénable sur l’un des plus beaux horizons du monde ».

A 4 m. du lac au sud et à 4 m. du chemin de Bergère, cette maison permettait que toutes les activités quotidiennes trouvent place dans des espaces minimaux précis sur un même étage de 64 m2. On y trouve salle de séjour, chambre à coucher, salle de bains, cuisine, petit salon modulable avec cloison mobile et lit escamotable pour chambre d’amis, etc.

Une longue fenêtre de 11 m permet au soleil d’entrer dans les pièces importantes et de contempler un magnifique paysage. A l’est, « un jardin clôturé d’un mur fait comme une salle de verdure, un intérieur. Une simple planche sert de banc. Pour la joie du chien, on a dressé un tremplin et aménagé une grille pour voir la rue ! On monte sur le toit-terrasse avec 20 cm de terre qui isole du froid en hiver et du chaud en été ». A chaque saison sa végétation caractéristique et sa possibilité d’agrément pour piquer les cerises ou admirer le paulownia.

La façade est recouverte au nord d’acier zingué et au sud d’aluminium. Quelques meubles rappellent les activités du Corbusier dans les arts plastiques: peintures, projets de sculpture et de mobilier (fauteuil à dossier, secrétaire, commode, etc)

Il applique ici 3 des 5 points de son  » Architecture moderne » : un toit-terrasse, un plan libre, une fenêtre-bandeau (sans compter pilotis, façade libre). C’est une unité d’habitation de grandeur conforme.
En 1931, la route de Lavaux est aménagée en élargissant le pittoresque chemin de Bergère mais en dévorant une partie de l’espace au nord de la maison « du Lac ».

Le père du Corbusier ne vivra qu’une année dans cette maison puisqu’il décéda en 1925. Mme Marie Jeanneret-Perret, « bien meilleure pour le piano que la cuisine » vint souvent aux renseignements chez les Cornu pour préparer ses menus (comment fait-on les pommes de terre en robe des champs ?).

Elle vécut dans la maison jusqu’à plus de 100 ans. Son autre fils, Albert, occupa ensuite la maison après une vie musicale active comme violoniste puis enseignant de la méthode Jaques-Dalcroze sans compter les disques qu’il réalisa avec des instruments pittoresques, certains pris à la cuisine. (Un disque au nom significatif: « La joie est la clé du bonheur »).

B. Sauvageat


Mise à jour :

Depuis 2013, la villa « Le Lac » Le Corbusier est gérée par une nouvelle association qui a repris le mandat de la commune de Corseaux. Cette association est soutenue par la Fondation Le Corbusier à Paris, par ailleurs propriétaire de la villa « Le Lac ».

L’association assure à la villa « Le Lac » une fonction culturelle d’intérêt général et public et met en valeur le patrimoine de Le Corbusier à Corseaux, notamment par le biais de la mise sur pied d’expositions.

L’association a engagé Monsieur Patrick Moser de Corseaux comme Conservateur.

Pour plus d’infos : www.lelac.ch

Laisser un commentaire

Patientez s.v.p.